(FR) L’UEL intègre un réseau d’IA pour les prévisions météorologiques dans des fermes

(FR) L’UEL intègre un réseau d’IA pour les prévisions météorologiques dans des fermes

Matéria traduzida em francês, com a coordenação institucional do Programa Paraná Fala Francês. Texto originalmente publicado em 12 de maio de 2021.

Utiliser les centrales photovoltaïques pour les prévisions météorologiques dans des fermes, afin d’obtenir, dans les plus brefs délais, des informations fiables sur le climat, avec le plus de sécurité possible, c’est l’objectif du sous-projet “Intelligence artificielle et Smart Grids pour l’analyse et la prévision météorologique et la cybersécurité dans les Centrales Photovoltaïques”. Développé par des professeurs du département d’Informatique du Centre des Sciences Exactes (CCE), Bruno Bogaz Zarpelão et Sylvio Barbon Junior, ce sous-projet est un partenariat entre UEL et le Groupe Jacto.

Le sous-projet n’est qu’une des initiatives du projet Centre de Recherche Appliquée en Intelligence Artificielle Recréant des Environnements (CPA IARA), récemment approuvé avec six autres propositions, selon l’appel lancé par le Ministère des Sciences, de la Technologie et de l’Innovation (MCTI), la Fondation de financement à la recherche de l’État de São Paulo (FAPESP) et le Comité de gestion de l’Internet (CGI.br).

CCE: Professeurs Sylvio Barbon Junior et Bruno Bogaz Zarpelã (ci-dessus) (PHOTO: Archive/COMUEL)

L’IARA aura son siège à l’Institut des Sciences Mathématiques et Informatiques (ICMC), de l’Université de São Paulo (USP), Campus de São Carlos. Selon le directeur adjoint de l’institut, le professeur André de Carvalho, cette initiative vise à contribuer à la création de villes intelligentes et durables dans tout le Brésil. C’est pourquoi elle est née sous la forme d’un réseau, impliquant des chercheurs de différentes régions – dont Londrina, à travers l’UEL.

Des fermes intelligentes et sûres

Selon Sylvio M. Barbon, le sous-projet de l’UEL vise à améliorer les mécanismes de cybersécurité et le trafic d’informations en utilisant l’intelligence artificielle dans l’agrobusiness. “Au Brésil, nous constatons qu’il y a des lacunes en matière de prévisions météorologiques dans les fermes. Actuellement, les fermes font appel à une société pour assurer ce service à distance. L’idée est qu’avec l’utilisation des smart grids dans la centrale photovoltaïque, dans les panneaux de captage d’’énergie solaire, nous puissions vérifier les changements météorologiques avec précision et rapidité”, explique-t-il.

Une autre préoccupation du sous-projet concerne la sécurité de l’information : les attaques contre les usines sont de plus en plus fréquentes, selon M. Barbon. “Si nous parvenons à capturer une grande quantité d’informations et que ce terminal subit une attaque de hacker, le producteur peut être gravement touché par le détournement de données. Il peut recevoir comme information qu’il n’y a pas assez de production d’énergie ou qu’il peut même avoir la surcharge et  conséquement brûler le hardware de la centrale photovoltaïque.”, commente-t-il.

La proposition finale consiste à fournir des rapports techniques et des modèles d’intelligence artificielle aux professionnels qui accèdent au dashboard – un tableau  de bord visuel qui contient des informations et des métriques, dans ce cas, sur la production. “Pour tout cela, cependant, nous avons besoin de la cybersécurité. Au Brésil, actuellement, il n’est même pas possible de s’approcher de ces centrales à smart grids avec des téléphones portables, en raison du signal Wi-Fi. Nous n’en sommes encore qu’au début”, observe-t-il.

Financement

Le sous-projet recevra des subventions et des équipements de la part de la FAPESP dans les prochaines étapes. L’intention, selon M. Barbon, est d’envisager les étudiants de tous les niveaux, d’ étudiants de licence de l’initiation à la recherche (IC) aux doctorants. Le sous-projet a une durée de trois ans. “Nous sommes encore en train d’aligner l’allocation des fonds de la FAPESP pour savoir combien dont nous disposerons en termes de financement”, confirme-t-il.

Versão em francês realizada por Jorge Luiz Laurenço de Oliveira/ Revisão: professora Suélen Maria Rocha / Coordenação Institucional do Programa Paraná Fala Francês – UEL.

Texto original em Português: UEL integra rede de IA para previsão de tempo em fazendas

Leia também